Posts Tagged ‘pékin’

h1

Pékin

juillet 18, 2008

Jour -156

Il y avait une odeur de curry sur ta peau et la sueur perlait jaune entre tes seins. Les chutes du canyon Yellowstone sur ton corps dans la nuit, dans mon lit pendant que tu n’y étais pas. Matérialisée par les images translucides superposées sur un rétroprojecteur afin de donner un effet de réalisme. Pourtant rien. Vide. Les draps n’étaient pas défaits, les lumières tamisées et moi sur le plancher dur. En train de dormir à même le sol sur le bois franc pour souffrir un peu de l’absence. Pour me convaincre que ce n’était pas une finalité. Qu’il y avait un lendemain au revers de conscience. Le vent soufflait si fort qu’on voyait les nuages sprinter dans une course stéroïde vers Pékin emportant avec eux les âpres souvenirs et les nuits infertiles.

Mood musical: The Strokes – Trying Your Luck
Pilosité faciale: 10 jours
Taux d’amabilité: jaune
Taux de dérision: infertile

Publicités
h1

Point de départ

janvier 1, 2008

Ce matin-là, il me vint à l’esprit d’engendrer une quelconque suite logique qui permettrait de matérialiser mes angoisses, mon bonheur… et mon imaginaire. Depuis plusieurs années, j’ai dans la tête ce désir de créer par les mots. Mon but ultime : démarrer un projet d’écriture à l’aube de mes 30 ans. Comme il ne reste qu’un peu moins d’un an avant cette ligne à la fois de départ et d’arrivée, j’ai conclu un pacte avec mon âme. Ce pacte est en fait de réaliser le compte à rebours des jours qu’il me reste avant la trentaine sous la forme d’un carnet. Une année de pratique qui je l’espère me permettra de me rendre compte si mon but est atteignable et surtout si j’ai vraiment envie d’écrire.

Cette aventure ne concerne ni l’hiver et encore moins Khartoum. Il ne sera pas non plus question de Boris Vian et de son Automne à Pékin, bien que l’ombre de ses mots pourrait bien transparaître dans les miens. C’est ici que je commence, à nu, en espérant que ce parcours me donnera des armes et de l’inspiration. Quant à vous, je vous souhaite du plaisir et plusieurs fruits à « croquement constant et jutement aléatoire » (on n’en a jamais trop).

Jour –355 de mon constat avant le point de non-retour de mes 30 ans.