h1

Le livre

novembre 3, 2008

Jour -48

Je voudrais t’écrire un livre. Un de ceux qui seraient remplis de pages blanches tachées de silences éloquents. Tu pourrais le lire sans problèmes dans l’autobus ou au restaurant en attendant ton déjeuner. Je saliverais à l’idée que tu le salisses de ton quotidien, que tu le malmènes sans précautions. J’espèrerais le voir perverti de tes idées noires qui habituellement demeurent enfermées, t’imaginer lui cracher au visage entre les pages 48 et 49. Il pourrait te servir d’ébauches pour assouvir ta passion de l’origami. Je voudrais que tu lui plies un cœur et les ventricules qui s’y rattachent, laissant trainer une aorte inachevée qui dégoulinerait salement sur les parquets et les trottoirs.

J’aimerais que tu t’y inventes un nom, comme Martine ou Julie, et que tu y croies vraiment. Tu t’imaginerais qu’on te l’écrit dans le noir et que cela te donne des frissons. J’oserais espérer que la nuit tu le déchires un peu, que tu l’allèges de certaines feuilles teintées d’envolées orgasmiques qui s’estomperaient de toute façon de ta mémoire à long terme s’empilant les unes sur les autres comme un seul souvenir. Je me foutrais bien que tu n’y comprennes rien parce qu’il ne serait pas écrit pour l’être. Ce ne serait surtout pas une histoire romantique parce que tu n’y croirais pas de toute façon. J’y verrais plutôt un dénouement sans queue ni tête, une fin ouverte à l’infini. Des pages et des pages de fluides et d’esquisses de ce que je n’aurai jamais su capter de toi.

Mood musical: Of Montreal – Gallery Piece

Advertisements

8 commentaires

  1. Bonjour ,
    j’ai lu ce que tu as écris récemment dans tes carnets. Le texte que tu as écris le
    3 novembre m’a tellement troublé. Cela est bien entendu positif. Je souhaitais te faire part de ce que j’avais vu au-travers celui-ci,
    en espérant que cela t’aide à quelque chose.

    D’abord, c’est un très joli texte prosaïque. Je crois qu’un livre comme celui que tu as imaginé
    serait la plus belle métaphore d’une relation amoureuse à concevoir, à offrir. Qui ne voudrait pas de
    ce livre si simple et si compliqué à la fois.

    Bref, merci pour ce texte.

    Bonne journée
    Anne-Philippe


  2. wow!


  3. Et puis… Il vient ce livre?


  4. Lepage va t’il tourner la page sur Khartoum…
    Ta da dam…
    Je veux la première copie.
    Toute chaude.
    Celle que l’on délivre du système pour lui donner des ailes…
    Un livre… Ouais…
    Il trainerait ici et là…
    xx


  5. @Anne-Philippe Je suis content de voir que tu as bien saisi l’essence du texte. C’est sûr que dans un autre contexte le texte aurait pu être plus travaillé, mais j’aime bien l’angle que cela a pris dans sa spontanéité.

    @arrachecoeur 🙂

    @Mandoline Il trainerait ici et là… comme toi et moi?


  6. Tu sais quoi? Quelque chose dans ton écriture me rappelle Les fleurs du mal, un long poème, de la prose poétique? Enfin, si tu choisis un jour le roman, j’ai bien l’impression que tu feras éclater la structure et que ton écriture se faufilera entre les arbres, emplira tout l’espace. J’ai hâte de te suivre sur ce sentier hasardeux!


  7. @Laurence: Merci, c’est un commentaire vraiment flatteur et agréable à lire! 😉 C’est drôle que tu dises ça parce que je trouve justement que les envolées poétiques de tes descriptions sont souvent fabuleuses.


  8. Merci l’hiver!



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :