h1

Mon voisin

août 20, 2008

Jour -123

Il n’y a pas de musique ce soir pour m’inspirer, sauf celle du vent et de la scie mécanique de mon voisin qui s’amuse à mettre son immeuble en pièces détachées. Il a le droit après tout, il est propriétaire. Seulement qu’en pièces détachées, un triplex ça prend beaucoup plus d’espace qu’à l’habitude. Il s’éparpille un peu partout, il étale sans gêne tout son avoir hypothécable. Il est peut-être à la fois propriétaire du quartier. On ne sait jamais ce qui se trame la nuit pendant que nous dormons. Les revendeurs vendent peut-être des quartiers entre deux grammes de poudre pour rentabiliser leurs quarts. Se foutant bien de « quoi » appartient à « qui » ou vice versa. Qui sait? Est-ce possible?

Le plus étrange étant qu’on a soi-disant retrouvé sa cuvette dans l’allée des produits ménagers de mon épicerie. C’est quand madame B. s’est présentée à la caisse avec ladite chose qu’on s’est rendu compte de la situation et qu’on a dû lui expliquer que ce n’était pas à vendre par la même occasion. Tous ceux qui connaissent moindrement madame B. savent qu’on n’est pas sortie du bois quand il s’agit de lui expliquer ce genre de chose. Que ce n’était pas déposé sur un étalage, qu’il n’y avait pas de prix sur l’objet, qu’elle ferait mieux d’aller voir à la quincaillerie. C’était la même histoire quand le concierge a laissé traîner son seau et sa vadrouille à plancher la semaine dernière. Le gérant a finalement réussi à la convaincre de laisser tomber la cuvette pour une réduction de 50 % sur sa bouteille de faux scotch à base de malt. C’est bien sûr mon voisin qui devra endosser les coûts s’il ne veut pas être amputé d’une cuvette pour sa salle de bain. Ce ne sera surement pas un problème parce que dans la mesure où il a les moyens de rénover en pièce détachée, il n’y a aucun doute qu’il peut assumer les frais d’une demi-bouteille de bibine maltée.

N’empêche que je trouve qu’il se donne beaucoup de mal pour tenter de rapatrier une pièce du deuxième pour le greffer au troisième. Le voisinage a tenté de lui expliquer que nécessairement ça allait dépasser par un quelconque endroit, que ce ne serait pas esthétique. Rien à faire. Il ne veut rien entendre. C’est un professeur de sciences physiques à la retraite. Il dit qu’en jouant avec les courbes on finit toujours par faire des miracles. J’arrive à y croire quand je repense aux tiennes, mais ça, je ne lui ai pas dit. Je me suis contenté d’imager ses explications dans ma tête. C’est un peu pour ça que ton téléphone sonne en ce moment… Crois-tu que c’est ce qu’on pourrait appeler de la causalité créative ?

Mood musical: —
Pilosité faciale: 7 jours
Taux d’amabilité: créative
Taux de dérision: absurde

Publicités

4 commentaires

  1. C’est un jamaïcain?


  2. Non, mais on comprendrait rapidement l’idée de mon texte en passant devant son terrain. Avec ses piliers de balcons debalconisés.


  3. Ben quoi, des belles colonnes pseudo-corinthiennes, compte-toi chanceux, dans quelques milliers d’années les gens payerons peut-être pour admirer les ruines retrouvées ensevelies, d’un quartier populaire au temps de l’hiver, auteur illustre qui habitait quelque part par là dans sa jeunesse…


  4. hehe on ne peut rien te cacher…



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :