h1

Sans nom, si c’est possible…

mai 7, 2008

Jour -229

Toi, en moi, dans les méandres de mon inconscient, dans les fissures que les soupirs griffonnent. Toi, sur les revers de mon âme, enchevêtré dans les coutures fragiles de mon étoffe de chair. Toi, sur moi, dans la plus grande pudeur, à contretemps du silence sur une mesure improvisée.

Moi, respirant la couleur de la nuit et la poussière chatoyante que laisse ton regard dans l’atmosphère. Moi, vers toi, déchirant l’espace qui nous sépare. Moi et toi, enfermés dans ce millénaire infranchissable. Moi, te délivrant de mon esprit, mot par mot. Alignés les uns à la suite des autres jusqu’à ton dernier souffle. Jusqu’à mon dernier élan.

Toi, me délaissant dans ta volonté propre d’exister.
Moi, t’abandonnant sans nom, t’égarer dans le temps.

Mood musical: Thurston Moore – The shape is in the trance
Pilosité faciale: je ne compte plus les jours
Taux d’amabilité: inspiré
Taux de dérision: indolent

Advertisements

One comment

  1. C’est à pareil moment que je t’admire enfin.



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :