h1

Assassinat

mars 16, 2008

Jour -281 

« Je l’aurais vu te monter sur le corps et redescendre tranquillement en longeant le courant de tes veines holographiques », lui dit-il âprement sans détourner le regard de son corps nu.

La scène se passait sur fond de chambre de motel déglingué, au coin de deux rues aux noms placardés d’une écriture pâle, sans résonance, qui se fondait dans la nuit et qui tout compte fait n’avait aucune importance. Sauf pour les enquêteurs qui auraient à faire la lumière sur cet homicide.

Il avait laissé sur le mur d’un mouvement erratique, dans une couleur écarlate, les mots : « Pour changer le monde ». Ce n’était pas de ce sang qui réchauffait les draps blancs qu’il l’avait écrit, bien que la couleur voulait le faire croire, mais d’un tube de rouge à lèvres bon marché acheté dans une pharmacie.

Il prononça encore cette phrase pour lui-même, pour immortaliser la scène froidement :

« Je l’aurais vu te monter sur le corps et redescendre tranquillement en longeant le courant de tes veines holographiques. La mort, un linceul invisible à la main, embrassant les méandres de ton corps dans ton dernier soupir. »

Avant de quitter la chambre, il prit soin de laisser un petit papier photocopié, imitant parfaitement les lettres rouges dessinées sur le mur. Laissant la nuit faire le sale boulot.

 Mood musical: oups!
Pilosité faciale: 6 jours
Taux d’amabilité: meurtrier
Taux de dérision: fictif

Publicités

5 commentaires

  1. J’en ai souvent beaucoup contre mon horaire qui me permet pas d’apprécier autant que je le souhaiterais toute la beauté des textes qui se trouvent ici. Alors je me fais des épargnes de RSS, des intérêts de génie. Au plaisir!


  2. Faut pas se leurrer, tu as une écriture singulière. J’apprécie la lecture de tes textes. Remarquable!


  3. @Ensevelie Merci pour ton commentaire, c’est gentil de venir faire ton tour!

    @alcolo je comprends ça…moi aussi je cours après le temps! merci!


  4. […] chambre d’hôtel, qui n’est maintenant que poussière, il ne peut l’expliquer. Il voudrait lui trouver une […]


  5. […] Je l’aurais vu te monter sur le corps et redescendre tranquillement en longeant le courant de … […]



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :