Archive for février 2008

h1

La chambre

février 29, 2008

Jour -297 

Dans la chambre d’une partie de ma jeunesse, je revois des recoins de ma vie, parfois banals, parfois tranchants, d’autres qui me donnent une boule dans la gorge ou un sourire nostalgique. Je reviens visiter mes fantômes, les traces invisibles que j’ai nécessairement laissées dans le vide de l’espace. Je n’ai pas le talent de dessiner, mais j’ai le souvenir des images. Il n’y a plus aucun meuble du passé, mais la configuration des murs et la forme géométrique inusitée du plafond me suffisent. Elles sont fortes ces images, elles m’appartiennent. Je les garderai pour moi, mais dans le noir quand j’aurai fermé la lumière, je vous laisserai humer leurs parfums. Le parfum qui vous ramènera à vos propres images que vous imaginerez dans la propre forme géométrique qui constituait la chambre de votre passé. Dans une légère discontinuité de la ligne du temps, nous serons des voyageurs.

Pilosité faciale: 5 jours
Taux d’amabilité: voyageur du temps
Taux de dérision: sans gras

h1

Fausse raison pour ne pas écrire #4

février 28, 2008

Jour -298 

La fiction par extension n’est-elle pas un peu le mensonge, omniprésent dans la réalité. Tandis que, la réalité inspire indéniablement la fiction. Ce qui m’emmène à penser que la réalité et la fiction sont étroitement liées, voire indissociables et, à la fois, tout à fait opposées dans le concept de logique. La raison de ne pas écrire ce soir est faussement réelle ou réellement fictive, mais me porte à réfléchir sur le billet précédent.

h1

Fenêtre sur la nuit

février 27, 2008

Jour -299

Dehors, la nuit s’agrippe aux vitres de mon appartement, laisse place à une vision fumée du monde. Le cadrage blanc se décadre, se dévergonde dans une danse transitoire avant de se figer pour de bon, d’un peu n’importe quelle manière, dans une pose à la Dali, un visage sur l’ennuie surréaliste. J’aime quand elles me font ça, ces magouilleuses, ces joueuses d’espaces. J’ai l’impression qu’elles font ça pour le spectacle, d’un vicieux plaisir elles m’offrent la nuit déformée.

De par mes vitres, l’arbre qui tronçonne le ciel n’est qu’un pâle exemple de ce qui s’anime. À travers ce hublot de lumière, des corps qui s’épousent pour se délaisser, se crier des mots que je n’entendrai jamais. Par contre, je vois leurs reflets s’extasier dans la pièce, se mélanger aux cris du silence. Gêné de regarder, je laisse mes yeux s’inonder d’images, celles dont je n’ai pas droit.

De l’autre côté, le froid s’angoisse de ne pas me posséder moi qui suis bien au chaud. Moi qui épie, d’un voyeur plaisir, le téléviseur sur le monde, une empreinte sur la rétine. Et si ce n’était que le passage de mon regard entre la fiction et la réalité, un inconnu habillé de mes vêtements, la triste réplication de mon visage maquillé. J’éteins cette vision d’un seul bouton sur une télécommande sans piles. L’envie s’endort sur mon lit pendant que j’essaie de songer à ce qui n’existe pas, mais sans succès.

Mood musical: Mercury Rev – Vermillion
Pilosité faciale: 3 jours
Taux d’amabilité: surréaliste
Taux de dérision: fictif

h1

Meilleur macaroni au fromage au monde!

février 26, 2008

Jour -300 

J’arrive à l’appartement, déballe mon épicerie quotidienne, ce soir ce sera un macaroni au fromage. J’en rêve depuis un mois. N’allez pas croire que je vais me faire un Kraft Dinner ! Non, ce soir c’est le grand jeu. Une recette prise sur Internet avec le titre : Meilleur macaroni au fromage au monde! Ma soirée augure bien. Pour fêter ça j’ouvre une petite bouteille de vin, rien de très classe, une petite bouteille de semaine. Je ne vous dis même pas le nom. En préparant, ce fameux truc, j’harmonise mon antre gustatif de quelques gorgées de vins dans le but de préparer mon gosier à accueillir cette future joie. Choix de pâtes : coquille. Ouais, je sais je suis un original, je veux toujours faire différemment. Je suis vraiment un anarchiste des pâtes. Donc, je mélange les trucs (aucun détail, de toute façon vous avez la recette), galope ça dans le four vite fait, bien fait. Et voilà !

Bon, ce texte aurait très bien pu se terminer là. Pour me laisser le plaisir de déguster mon plat en toute quiétude. Savourer le moment, l’indéfectible perfection si l’on s’en remet au titre. J’en suis pourtant à la troisième bouchée et je regarde mon fourneau qui est malade comme s’il venait de prendre sa première brosse. J’ai le ventilateur de plafond qui me regarde de ses trois lumières droit dans les yeux et qui me dit en m’éblouissant : « si tu me refaits, ça je te quitte » (ce qui serait pour moi une très triste nouvelle). Il y a le frigo qui se marre de moi en me pointant du doigt le restant que j’ai mis dans un plat pour mon lunch de demain. Mais le comble, cette fourchette que j’entends murmurer dans le fond de mon plat. Ce doux murmure dans une langue étrangère comprenant le mot noche et asesinato. Cette fourchette qui est déjà très complice avec ma superbe cafetière. Cette fourchette qui tient debout par elle-même dans une sorte de bouillie de chapelure mutante, à m’en demander si ce n’est pas elle qui me dévore par en dedans à la suite de ces trois bouchées de trop.

Je m’en remets à vous chers lecteurs et lectrices, ceci sera peut-être mon dernier écrit. Je ne le souhaite pas parce que ce serait sur une mauvaise note. Un billet sensiblement moyen, fidèle à mes mardis. Souhaitez-moi le courage et la force d’affronter cette fourchette mexicaine en colère. Mon instinct de survie est à son niveau maximum, ce sera un voyage au bout de la nuit. Les camps sont déjà formés, j’ai même un ninja de mon côté.

Mood musical: Le silence
Pilosité faciale: 2 jours
Taux d’amabilité: 10 cm du goulot
Taux de dérision: décadent

h1

Des regrets…

février 25, 2008

Jour -301 

J’ai semblé voir de sous la table, un banquet festif forgé dans un plaisir de fin du monde, une si petite envie d’éternité. J’ai rêvé de l’ombre d’un doute perchée sur le dos de mes angoisses filantes. Je me suis laissé bercer par un demi-sommeil sur les routes de notre histoire. Dans un abus de mots que je retenais à plein ma tête, j’aspergeais mon imaginaire de toutes ces images, de tous ces souvenirs.

J’ai semblé voir de sous la table, une crise de larmes à en plus survivre. Un flot d’espoir, se briser sur la triste réalité. Un sourire, se transformer en crochet de haine. Des milliers de pas autour d’une table à me chercher, à vouloir sauver ce qui n’était pas déjà ailleurs. Ce qui demeurait enfermé à l’intérieur de moi pendant qu’il mourait peu à peu à l’intérieur de toi.

J’ai semblé voir de sous la table, plus rien. Quand je me suis décidé à en sortir, une grande salle vide laissant un écho de fin du monde, un si petit dénie d’éternité. J’ai retourné la table sur le dos, les pattes en l’air. Dans cette colère contre moi-même, j’ai investi l’objet. Le bouclier de mon échec devenant le chariot de mes espérances.

Mood musical: Girls in Hawaii – Organeum
Pilosité faciale: 1 jours
Taux d’amabilité: lundiesque
Taux de dérision: sous la table

h1

Le dernier dimanche de février

février 24, 2008

Jour -302 

Aujourd’hui, j’ai envie de lire, tout lire.

Une journée à ne pas vraiment exister, pour le plaisir des mots. Vous croyez que c’est une maladie qui se guérit? Parce que si oui, docteur, je vais me tenir loin de vous. Je vais aller me perdre dans le fond d’un salon de thé ou d’un café. Un regard par page… maximum.

Perdition

Ce n’était qu’un château, un petit château de banlieue où les princesses ont le pouce vert. C’est souvent plus près qu’on ne se l’imagine. Pourquoi pas en billet de chez vous? Soupçonnez, mais n’allez pas y mettre le nez, car vous pourriez tomber face à face avec un clan d’asiatiques (dans ce cas bien précis) fâchés. Le thé vert de sous-sol est très tendance, les salons de thé ne fournissent plus. Il requiert un environnement très spécifique, et la ruine d’une petite partie de l’univers.

Carotte

— Tu savais qu’il existe vraiment des carottes jaunes?
— Tu veux dire du panais?
— Non, non de vraies carottes, mais jaune.
— Nooooooooon? Tu me niaises.
— Même pas.
— Tu passes les cartes là qu’on joue.

Vilipender

Il n’y a pas de plus belle fin que celle qui commence par un agréable début, enchâssé de milieux un peu négligés laissés à l’abandon du froid et du vent. Il n’y a rien qui ne fasse plus pitié qu’un milieu d’histoire. Mis à part, le début et la fin de ce milieu. Le milieu du milieu, ça tire une larme. On voudrait le prendre dans ses bras et lui dire que ça ne durera qu’un temps. Je suis pour la liberté et l’épanouissement des milieux.

Ha oui! J’oubliais je passe aux nouvelles du côté de chez l’alcolo et La fêlée. Merci à vous!

Mood musical: Throw me the Statue – Conquering Kids
Pilosité faciale: 7 jours
Taux d’amabilité: sous forme de mots
Taux de dérision: dominical

h1

Le paroxysme du complot

février 23, 2008

Jour -303  

— Monsieur, la bonne nouvelle est que vous n’avez pas de carie, par contre, vous avez une ville dans la dent.

J’en étais à ma deuxième visite, la première n’avait révélé aucune anomalie. Un mal qui va et revient, qui se cache lors du rendez-vous bien évidemment. Une ville secrète creusée dans l’encolure de ma molaire supérieure.

– Monsieur, selon le traité international secret des dentistes, je vais devoir vous effacer la mémoire à court terme, mais j’ai besoin de votre signature. Cette ville est une société secrète à même votre dent, nous ne pouvons en aucun cas l’extraire pour le moment. Seulement la soulager temporairement.

J’aime les soulagements temporaires autant qu’ils durent, c’est-à-dire jamais assez longtemps. J’allais me souvenir, j’allais me souvenir, retenir mon souffle intérieurement. Ne pas succomber, ne pas respirer.

— Monsieur, les États-Unis d’Amérique vous sont très reconnaissants. De la part de l’ordre des dentistes, nous vous souhaitons un agréable voyage.

[…]

J’en étais à ma quinzième visite, les autres ne me laissaient que de vagues souvenirs. La mémoire qui se dissipe avec les années, les souvenirs qui de plus en plus flous finissent par tomber dans le précipice de l’oublie.

— Monsieur, nous devons extraire votre molaire supérieure droite, elle ne sera plus d’aucune utilité pour la nation. Bien évidemment demain vous ne vous souviendrez de rien. En ce 12 septembre 2001, nous vous souhaitons un agréable voyage.

Ce que la ville est belle quand on a plu mal! Tout reprend ses couleurs d’origines. L’amour n’est plus un concept flou, la mort semble si loin. Et surtout, je n’ai plus ce rêve récurrent, ce « rêve fantasme » avec ces deux jumelles qui font une surdose d’héroïne dans mon lit.

Mood musical: Chromatics – Running Up That Hill
Pilosité faciale: 6 jours
Taux d’amabilité: Parano
Taux de dérision: cyclique

h1

Bazooka Théâtre : Un peu de l’Hiver

février 22, 2008

Jour -304 

Bazooka Joe, assis sur sa chaise de bureau, faisant mine de travailler, mais consulte ses actions de Bombardier sur le web.

À la droite de la scène, on voit entrer la poitrine de Betty suivie de Betty quelques minutes plus tard.

Joe (se dépêchant de minimiser sa fenêtre de navigateur). – Betty, tu crois que je suis misogyne, que je considère la femme comme une sous-classe de l’homme, un objet de plaisance pour le toucher et le regard?

Betty – Mis à part le fait que si je comptabilisais le nombre de minutes que ton regard passe dans mon décolleté et que je m’amusais à te charger, un abonnement annuel te serait plus avantageux, non je ne crois pas.

Betty (pour elle-même, dans sa tête) – Et je te rappellerai que je fais un meilleur salaire que toi, que j’aime bien profiter de toi de temps à autre pour faire la sale besogne. Tu n’oses jamais me dire non, parce que la vue de ma poitrine t’intimide. Tu es mon homme-objet.

Joe – Tu sais Betty, si je te regarde dans les seins, c’est parce que tes yeux m’intimident, mais revenons-en au fait. Si je t’ai fait venir ici c’était pour te parler de cette recherche qui revient constamment dans les statistiques de ce carnet. : « installer un ventilateur de plafond ». Tu crois que les gens repartent frustrés de ne voir là aucune solution à leur grand désarroi?

Betty – Effectivement, j’imagine qu’il n’y a pas une grande corrélation entre les gens qui font une recherche sur les ventilateurs et l’envie de lire un carnet de divertissement qui parle de ma poitrine. Par contre, je suis persuadée que ceux qui recherchent « nu », « un vidéo montrant comment faire l’amour », et « une vraie bière de serge » pourraient être plus enclins à ce genre de divertissement. Il ne faut pas trop s’en faire, sinon on devient vite paranoïaque et toi, Joe, tu es parano. Tu vois des complots partout, des gens qui veulent mettre une petite surprise à l’anthrax dans ta boîte de céréales.

Joe – Justement en parlant de complot ou de mise en scène, tu avais fait le lien pour Vanessa et Johnny?

Betty – Oui et je n’ai pas trouvé vraiment drôle de la part de l’auteur de ce carnet cette pseudo manifestation d’humour-mystère. Surtout que Vanessa Paradis et Johnny Deep sont un exemple de l’amour parfait pour certain. Tu pourrais aller voir ce carnet pour t’en convaincre.

Joe – Hehe ! N’empêche que c’était légèrement subtil.

Betty – Oui, autant que ton illusion de penser que je ne remarque rien quand ton regard plonge dans ma piscine creusée.

Mood musical: Magnetic Fields – Old Fools
Pilosité faciale: 5 jours
Taux d’amabilité: au niveau de la poitrine
Taux de dérision: historique

h1

Nous sommes des loups

février 21, 2008

Jour -305

En suis-je un?
De loup
Poilu et tout! Définitvement pour ce soir
Avec des dents qui tronconnent le mur du son
Et des oreilles carburés à l’électro-pop

Je n’ai pas de petite carte pour passer mon tour, mais j’ai un billet pour ce soir!
We are Wolves au National

Oh baby, baby, I ain’t no little bird!

Mood musical: We Are Wolves – Little Birds
Pilosité faciale: 4 jours
Taux d’amabilité: Musical
Taux de dérision: éclipse lunaire

h1

Besoin de vacances!

février 20, 2008

Jour -306  

effeil

Je marchais dans le vieux de la ville parmi les enchanteurs de rue et les loueurs de trottoirs. J’ai tendu mes dix dollars au vendeur qui m’a pointé le carré de trottoir qui m’était réservé pour trente minutes. J’avais l’opportunité de trôner à même le sol comme les étoiles de vedettes sur Hollywood Boulevard. À la différence, que j’étais vraiment là, vivant et souriant! Les passants auraient pu me piétiner, mais en humain conditionné de ville, ils me contournaient tel un obstacle de plus à travers les nombreux qu’un urbain croise dans sa journée.

Moi je gisais ne sachant trop quoi faire puisque j’en étais à ma première location. Une automobile c’est simple, on la conduit. Un film, on le visionne. Une laveuse à tapis, on s’en sert pour laver le tapis, ça va de soi! Une péripatéticienne, on la chevauche comme une chevauchée fantastique. Que faire d’un trottoir de plus que de marcher dessus? Soit, j’ai marché sur mon carré de trottoir. Après trois minutes de pas, j’en avais déjà assez. J’ai alors sautillé comme un Kangourou, ensuite sur un pied, finalement un pied, en tournant et en chantant une chanson de Peter Bjorn And John, C’était Paris 2004. J’étais vraiment à Paris.

Je ne suis jamais allé à Paris, pourtant sans aucun doute, j’en suis certain, c’est comme ça que ça se passerait! Et la tour Eiffel, c’est vrai ce qu’on dit? Elle est en bonbon? Voyage à rabais qu’il disait pour 10$.

Mood musical: Peter Bjorn And John- Paris 2004
Pilosité faciale: 3 jours
Taux d’amabilité: Bientôt
Taux de dérision: Un peu de folie